En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Bataille des Frontières (suite2)
maison histoire.png

Texte à méditer :   A nous le souvenir, à eux l'Immortalité.   Souvenir Français du canton de Dun-sur-Meuse
    Imprimer la page...

Bataille des Frontières (suite2)

Bataille de la Meuse(suite et fin)

La traversée de la meuse vue par Otto von Moser (Die württemberger im weltkrieg)

Combat de la Ve armée pour le franchissement de la Meuse du 29 août au 1er septembre 1914

29 août 1914

Le kronprinz Wilhlem a donné le soir du 28 août pour mission principale dans son ordre d'opération pour le lendemain, le franchissement de la Meuse par le 13e corps (AK13) , le 6e corps de réserve (RK6) et le 16e corps (AK16).
La progression des trois corps vers la Meuse se déroule lentement. L'artillerie lourde ouvre le feu contre les batteries ennemies qui sont supposées se trouver de l'autre côté de la Meuse, à Mont-devant-Sassey.

L'adversaire ne répond pas. Aussi l'état-major de l'AK13 après analyse des rapports des reconnaissances aériennes effectuées jusqu'à midi, ne pense pas rencontrer de résistance sérieuse sur la Meuse. Seule la région de Cléry-le-Petit, Cléry-le-Grand et Aincreville présente des traces de tranchées et des aménagements d'artillerie dont l'occupation n'est pas certifiée.

À midi, le général von Fabeck commandant du 13e corps ordonne à l'ID26 et à l'ID27, respectivement à Sassey et Dun, de poursuivre l'ennemi et de franchir la Meuse le plus rapidement possible. L'objectif de ces deux divisions est Beauclair pour l'ID26 et la ligne Barricourt-Aincreville pour l'ID27.

Quand l'infanterie de l'ID27 se dispose à exécuter l'ordre, elle est prise à la sortie du bois à l'est de Dun sous un feu d'artillerie lourde provenant d'une position inconnue de la rive gauche de la Meuse. Un tir de contre-batterie est aussitôt mis en œuvre sans succès. L'avance de la division s'interrompt et est bientôt complètement bloquée.

Le général de division Graf Pfeil pense qu'il se trouve face à un adversaire encore puissant et décide de tenter le franchissement de la Meuse dans la nuit, après des reconnaissances soigneuses. Peu d'évènements marquants rythment la progression de l'ID26 en direction de Sassey par Lion et Milly.

Vers 17 heures, les unités de tête atteignent le fleuve sans rencontrer d'opposition. Le pont de fer de Sassey se révèle tellement endommagé que sa remise en état à court terme ne semble pas possible.

Plus au sud, un endroit approprié pour la construction d'un pont de bateau est trouvé. Le général de Division Herzog von Urach prescrit le soir la construction d'un pont. Il doit être exécuté pendant la nuit sous la protection de l'infanterie qui est envoyée sur la rive opposée.

À partir d'un rapport détaillé de l'AK13, il est clair que Von Fabeck organise ses troupes comme prescrit par l'état-major de la Ve Armée. " l'AK13 reste ce soir déployé sur un front de combat devant la Meuse à Sassey pour l'ID26 et à Dun pour l'ID27.
Mon intention est de franchir la Meuse sous la protection de l'artillerie et, ensuite, d'avancer l'artillerie et de progresser sur la rive gauche en direction du sud-ouest pour enrouler l'adversaire
."

30 août 1914

Le lancement du pont à Sassey par l'ID26 s'est accompli sans réaction de l'ennemi. L'infanterie qui avait préalablement traversé, a couvert le travail du génie.

À partir de 4h30, le franchissement commence. La 51e Brigade d'infanterie (IB51) suit la 54e (IB54), temporairement affectée à la division, puis la 52e (IB52). Entre temps les groupes d'artillerie de campagne de la division sont passés. De l'autre côté du fleuve, une tête de pont d'un rayon de deux kilomètres est aménagée. Au cours de la journée, la tête de pont est organisée défensivement.


À partir de 6 heures, l'artillerie ennemie déclenche quelques tirs puis monte en puissance en arrosant la position jusqu'au pont de bateaux

Du côté de l'ID27, des éléments réussissent de manière inattendue le franchissement de la rivière à Doulcon le 30 août. Sur le rapport des patrouilles envoyées en reconnaissance selon lequel le pont sur la Meuse avait certes une arche de détruite, mais pouvait être rendu praticable pour l'infanterie, le général von Moser commandant l'IB53 se décide à franchir le fleuve avec les quelques régiments restant à sa disposition, sous la protection du brouillard épais. Sans rencontrer de résistance, Doulcon sur la rive gauche peut être occupé.

Après la levée du brouillard, vers 10 heures, l'artillerie moyenne et lourde adverse semblant être positionnée sur Bantheville, prend sous son feu l'emplacement du pont et la localité de Dun. Le bombardement méthodique va bientôt toucher l'infanterie allemande et lui causer des pertes sérieuses. Elle se replie vers le nord, finalement jusqu'à la ferme de Brière. L'emplacement du pont à Dun reste sous la protection immédiate de forces limitées.

Le feu de l'artillerie ennemie rend impossible le travail de remise en état du pont. Vers 16 heures, l'infanterie de von Moser renforcée par un bataillon de l'IB54 en provenance de Sassey est bientôt relevée et repliée derrière la tête de pont de l'ID26.
L'audacieuse initiative de von Moser reste donc inutile pour le franchissement de la Meuse par l'ID27.

31 août 1914

Le général von Fabeck apprend par l'ordre d'opération de l'Armée du 30 août que le 31 août, l'AK6 et le corps de cavalerie doivent avancer vers le sud. Il décide donc de passer à l'attaque contre les troupes ennemies en face de lui. L'ordre d'opération du corps prescrit à l'ID26 de progresser par Halles-Beauclair, de tourner des deux côtés de la route Beauclair-Nouart en direction de Nouart et d'établir la liaison avec l'aile gauche de l'AK6.
L'ID27 doit tout d'abord attaquer à partir de la ligne Montigny-Mont-hauteurs au-dessus de Mont, sur Villers-devant-Dun et ensuite tourner en direction de Barricourt.

Le feu de l'artillerie lourde adverse tombant depuis tôt le matin sur la position de la tête de pont de l'ID26 et les violents combats de l'infanterie aussi bien contre l'aile droite que contre la gauche de l'IB54 au sud de Mont empêche tout d'abord l'exécution de l'attaque prévue.
Comme la situation de l'ID26 semble dangereuse en raison de l'absence de soutien de la part du corps de cavalerie, le général von Fabeck demande aux brigades de Landwehr qui marchent sur Stenay de progresser également sur Beauclair. L'intervention de la 53e brigade de Landwehr se fait progressivement sentir dans l'après-midi à travers les bois au nord-ouest de Wiseppe sur Beauclair. L'attaque de l'ID26 sur Halles peut alors s'engager.

À 19 heures, la localité est entre les mains de l'IB52. Sur la gauche, l'IB51 a réussi, dans des combats urbains acharnés à prendre Montigny d'assaut et à progresser au sud, dans les bois jusqu'à la route Montigny-Villers.
L'attaque de l'ID27 s'avère plus difficile encore. Tout repose sur le combat de l'IB54 qui des deux côtés du chemin Mont-Villers rencontre une résistance acharnée dans les bois et les fourrés.

Les autres éléments de la division sont employés tout d'abord à repousser une attaque au sud de mont, contre le flanc gauche de la division et, plus tard, à boucher le trou entre les IB54 et IB51.
Le général von Fabeck ordonne le soir que les divisions s'enterrent dans les positions atteintes et résistent aux attaques de l'ennemi.

Ainsi, l'AK13 reste, le 31 août 1914, considérablement en arrière de ses objectifs. La situation s'est tout de même améliorée et un sérieux revers n'est plus envisageable.
Pour la poursuite du combat, il importe qu'entre temps le voisin de gauche, le RK6, réussisse à placer des éléments sur la rive gauche de la Meuse.

Source :

  • Die württemberger im weltkrieg

Page précédente

Mots-clés associés

Date de création : 03/03/2018 15:34
Catégorie : - Frontieres
Page lue 6912 fois