En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Dun-sur-Meuse
maison histoire.png

Texte à méditer :   A nous le souvenir, à eux l'Immortalité.   Souvenir Français du canton de Dun-sur-Meuse
    Imprimer la page...

Dun-sur-Meuse

Dun-sur-Meuse dans la Grande Guerre

croix-de-guerre.jpg

Citation du village à l'ordre de l'Armée le 17/10/1920 ; croix de guerre avec palme.

A été au cours de quatre années de guerre l'objet de fréquents bombardements par canons et par avions qui l'ont partiellement détruit. A supporté sans faiblesse les misères de l'occupation ennemie, attendant stoïquement l'heure de la délivrance.

À partir du 25 août 1914, les 4e et 5e corps français, en retraite, passent la Meuse. Le lendemain, en fin de journée les ponts sur la rivière et le canal sont détruits.

Le 27 août, l’aviation allemande survole Dun et sa forêt pour donner à l’état-major du 13e corps (AK13), les positions des troupes et des pièces de l’armée française. L’artillerie du 4e corps, positionnée sur les hauteurs de la rive gauche, prend sous son feu un pont provisoire en construction.

Le 28 août, le Kronprinz prescrit au 13e et au 16e corps actifs ainsi qu’au 6e corps de réserve, le franchissement de la Meuse pour le lendemain.

Le 29 août, le général Von Fabeck organise ses moyens pour franchir rapidement la rivière, sous la protection de son artillerie, avec pour objectif, un encerclement des troupes françaises. Les Allemands franchissent la Meuse sous un déluge de fer et de feu. Ils ne peuvent déboucher de Dun. L’intensité du feu est telle que l’ennemi croit avoir affaire à une concentration de troupes très importante.

Le 30 août, les Wurtembergeois tentent d’occuper Doulcon mais le 5e corps français les en empêche. L’artillerie française placée dans la région de Bantheville, d’Aincreville et de Cunel pilonne Dun et Doulcon, occasionnant d’énormes dégâts. L’ennemi de son côté, couvre d’obus la rive gauche.

Au terme de ce combat, le village de Dun-sur-Meuse est presque complètement détruit.

Dun en ruine
dun_sur_meuse2.jpg

Pont de Dun détruit

dun_sur_meuse.jpg

Dun occupé
dun.jpg

La traversée de Dun vue du côté allemand (Die wurttemberger im weltkrieg)

"... Plus loin le long de la Meuse, se trouve la petite ville de Dun-sur-Meuse située sur le fleuve. A peine avons-nous occupé le petit bois que commence le concert de l'artillerie lourde postée sur la rive ouest, très nombreuse et pourvue en munitions inépuisables.

Le feu des lourds calibres frappent devant, derrière et à côté de nous provocant le malheur. C'est une difficile épreuve nerveuse d'être allongé jour et nuit sous le feu d'artillerie puissante sans pouvoir se défendre. Mais les courageux cuisiniers arrivent avec la nuit tombante malgré le feu et les chemins défoncés, si bien que l'on reçoit un repas chaud et un solide repos pour le corps et l'âme.

J'attends encore l'ordre de l'état-major de traverser la Meuse pour le lendemain et de protéger la traversée de Dun. La nuit est tombée, l'artillerie ennemie tire sans cesse, notre artillerie répond seulement pas des tirs sporadiques. De part et d'autre, aucune maison, aucun abri pour un hébergement et le sol est trempé.

C'est un sentiment personnel réjouissant ; à peine 14 jours sont passés depuis notre avancée et nous sommes déjà près du fleuve, nous laissant de glorieux souvenirs entre la place forte de Verdun et la ville de Sedan. Mais la traversée d'un fleuve est toujours une affaire compliquée en raison de l'ennemi et je réfléchis sérieusement à la traversée de l'infanterie sur des barques et radeaux pour sa protection."

Passage de la Meuse à Dun-sur-Meuse par la 5e division américaine

Le 5 novembre 1918, après 52 mois d’occupation, Dun-sur-Meuse est libéré par le 2e bataillon du 61e régiment d’infanterie de la 5e division américaine. Les compagnies du 14e bataillon de mitrailleuses ont participé à l’opération.
Le pont sur le bief, détruit en début de guerre par les Français, reconstruit puis mis hors d’usage par les Allemands, est restauré par les troupes américaines au prix de lourdes pertes. Placé sous le feu des batteries ennemies, celui-ci s’avère d’une importance capitale pour la suite des combats et pour bousculer l’ennemi.

Les transports lourds ne pouvant emprunter le pont léger de Brieulles, la compagnie B du 61e d’infanterie et les ouvriers des compagnies D et E du 7e génie, construisent dans la nuit du 5 au 6 novembre, un pont renforcé au-dessus du bief de Dun-sur-Meuse. L’aviation allemande le bombarde à plusieurs reprises mais à chaque fois l’ouvrage est réparé et maintenu opérationnel jusqu'à la construction d’un pont permanent. Ce solide ponton qui enjambe le bief, permet à l’artillerie lourde, aux trains de combat et aux trains régimentaires d’apporter leur appui et d’alimenter en munitions et en ravitaillement la 5e division mais aussi tout le 3e corps américain. Cet exploit est mis à l’actif du 7e génie et des unités rattachées.

Sur le monument aux morts de Dun-sur-Meuse est apposée une plaque de marbre commémorative sur laquelle sont gravés les remerciements de la population aux héros de la 5e division américaine, tombés pour la libération du village.

Sur les parapets du pont reconstruit au-dessus du bief se trouvent deux panneaux de bronze offerts par les vétérans de la 5e division. Sur ces panneaux est inscrit, en américain et français : « Les anciens combattants de la cinquième division des forces américaines, ont érigé ce parapet pour commémorer le passage de la Meuse et l’établissement d’une tête de pont sur la rive est, par leur division, pendant la guerre mondiale »

Le général PERSHING fait cette citation : « Le fait d’armes qui marque particulièrement la 5e division en une unité de combat, est la traversée de la Meuse et l’établissement d’une tête de pont sur la rive orientale. Cette opération est l’un des plus brillants exploits militaires dans l’histoire de l’armée américaine ». Cette citation vaudra à la 5e division la dénomination de « Division Meuse ».
En 1931, le pont est baptisé : PERSHING MEMORIAL BRIDGE

Rapatriement des corps des soldats américains

L’énorme quantité de tués pendant la Grande Guerre sur une ligne de front de plusieurs milliers de kilomètres a conduit à l’élaboration de très nombreux cimetières provisoires disséminés un peu partout sur les différents théâtres d’opération. Certains pays comme ceux appartenant à l’empire britannique ont choisi de conserver ces nécropoles. C’est ainsi que l’on peut voir dans les Flandres, en Artois et dans la Somme, de très nombreux cimetières britanniques, de tailles variables, éparpillés dans la nature.

Les autorités françaises et américaines ont choisi de regrouper les corps de leurs ressortissants dans de grandes nécropoles nationales, pour en faciliter la maintenance et l’accès. En effet, certains cimetières provisoires étaient situés dans des endroits inaccessibles. Le choix a été laissé aux familles de rapatrier les corps des défunts aux frais de l’état ou de les conserver dans un cimetière national proche de l’endroit où ils sont tombés.

Avant le regroupement ou le rapatriement des ressortissants américains, une importante opération de recensement a été réalisée. Dans notre région, c’est à Romagne-sous-Montfaucon que le choix d’implantations du Meuse-Argonne Cemetery s’est porté.
Pour les corps rapatriés aux Etats-Unis, trois points de concentration ont été retenus dans notre région : Romagne, Thiaucourt et Sainte-Menehould. Les cercueils étaient acheminés par voie ferrée jusqu’aux ports français dans un premier temps puis sur Anvers après le 1er avril 1921 avant d’être chargés sur bateaux en direction des U.S.A. Une alternative économique au transport par voie ferrée fut celui par voie fluviale avec le concours de péniches quand cela était possible.

À partir du 1er septembre 1921, commencent au cimetière de Romagne, les opérations d’exhumations des corps devant être rapatriés, au rythme de 200 par jour. Les sépultures laissées vacantes par les corps exhumés sont aussitôt réoccupées par d’autres corps en provenance de cimetières proches.

Transport des corps de soldats américains par train
cercueil1.jpg cercueil2.jpg
cercueil3.jpg cercueil4.jpg
cercueil5.jpg cercueil6.jpg
cercueil_bateau1.jpg

Transfert des corps de combattants américains par péniches

L’éventualité de convoyer des corps par voie fluviale et son prix économique par rapport au rail, incite le chef du service des sépultures à adopter ce type d’acheminement, dans la mesure du possible, pour le rapatriement des restes mortels des combattants américains vers les États-Unis, via le port d’Anvers.

Lorsque les opérations de déplacement des dépouilles atteignent la zone des armées où les systèmes de canaux de France et de Belgique rendent possible le transfert par péniches au cours de l’hiver 1920-1921, ce moyen d'acheminement à destination d'Anvers est pris en considération. Les canaux qui ont été sévèrement endommagés ou détruits pendant la guerre, se retrouvent en réparation ou en reconstruction. Il faut attendre le printemps 1921 pour envisager les premiers transports au départ de Toul et Romagne à destination d'Anvers, par le canal de la Meuse via la Belgique et les Pays-Bas.

Le projet prévoit l’utilisation massive des voies navigables. Malheureusement, pendant plus d’un mois, au plus fort de l’activité, le canal de la Meuse est fermé pour maintenance. Pour permettre aux dépouilles de rejoindre le port d’Anvers dans les délais et leur acheminement vers les États-Unis, il s’avère nécessaire d’utiliser le rail. Plus tard, après réparation des canaux, les transports par voie fluviale deviennent possibles.

Le premier convoi par péniches, embarque 961 corps, au départ de Toul, le 7 avril 1921 et arrive à Anvers, le 30 avril.
Le second et dernier convoi quitte Dun-sur-Meuse, le 21 août 1921, avec 1985 corps à bord et atteint Anvers, le 3 septembre (une péniche peut contenir 300 corps).

Ce moyen de transport calme et silencieux parait approprié pour ces Américains morts au champ d'honneur, revenant sur leur terre natale pour un repos éternel. Les eaux tranquilles de la Meuse et de ses canaux, cheminent au travers des paysages meurtris par quatre années de guerre, en France et en Belgique.

Au départ de Dun-sur-Meuse, les barges, au nombre de sept, sont divisées en deux convois, chacun tiré par un remorqueur afin d’accélérer le passage des 83 écluses exigües. Avec les drapeaux en berne et les bannières étoilées recouvrant le pont de la proue à la poupe, les péniches se dirigent vers Anvers.

La Meuse, de l’ancienne cité de Dun à l’historique ville de Sedan, suit, en partie, les limites extrêmes de l’avance américaine, traversant les lieux de leurs glorieux combats. Les troupes françaises postées par intervalle, le long du canal, saluent le convoi par des salves de mousquèterie, alors que les gens des villes et villages profitent avec reconnaissance de cette opportunité pour adresser des prières silencieuses aux âmes de ces héros

Transport des corps des soldats américains par péniche
peniche1.jpg peniche2.jpg
peniche3.jpg peniche4.jpg
peniche5.jpg peniche6.jpg
peniche7.jpg

Extrait état civil guerre 14 18

cm_dun02.JPG

Soldats au cimetière communal

Convoi Nom Prénoms Statut Unité Commune Tombe Latitude Longitude Commentaire
12/05/1922 BERTECHE Paul Henri Caporal 21e BCP Dun-sur-Meuse Oui
13/01/1922 DUCHESNE Etienne Lucien Canonnier 412e RAL Dun-sur-Meuse Oui
15/11/1921 GODET Louis Canonnier 40e RA Dun-sur-Meuse Non Pas trouvé
09/06/1922 GRANNOLA Jean Soldat 79e RI Dun-sur-Meuse Non Pas sur MDH
09/06/1922 LECOMTE Jules Gabriel Soldat 23e RIC Dun-sur-Meuse Oui 49° 29' 49.6" 5° 11' 13.3"
LAURENT Marcel René Militaire Dépôt 2e RG Dun-sur-Meuse Oui
01/05/1921 LIBERT René Edouard Eugène Soldat 316e RI Dun-sur-Meuse Oui Inhumé le 05/05/1921
15/11/1921 MEURICE Arthur Sergent 355e RI Dun-sur-Meuse Non Pas trouvé
18/04/1922 NIVELET Henri Caporal 7e RI Dun-sur-Meuse Non Pas trouvé
27/04/1922 VIGREUX Louis Eugène Caporal 67e RI Dun-sur-Meuse Oui
PIERSON Robert Jean Louis Caporal 8e BCP Dun-sur-Meuse Oui Inhumé le 18/11/1920

Pierson Robert Jean Louis

obs_pierson_dun_bm87_1920.jpg

Libert René Edouard Eugène
dun_libert_reinhum01_bm59_1921.jpg dun_libert_reinhum02_bm59_1921.jpg

Reinhumation Bertèche Pol
dun_berteche_bm86_1922.JPG

Sources :

  • Crédit photos Jean Marie
  • SF de Dun
  • SHD jmo du 5e corps
  • ABMC
  • GRS
  • AD55
Mots-clés associés

Date de création : 20/02/2018 16:13
Catégorie : - Nos villages dans la tourmente
Page lue 8438 fois

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !