En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Doulcon
maison histoire.png

Texte à méditer :   A nous le souvenir, à eux l'Immortalité.   Souvenir Français du canton de Dun-sur-Meuse
    Imprimer la page...

Doulcon

Doulcon dans la Grande Guerre

croix-de-guerre.jpg

Citation du village à l'ordre de l'Armée le 05/02/1921 ; croix de guerre avec palme.

Situé dans la zone de combat au début de la guerre puis sur la ligne de feu en 1918, a supporté vaillamment l'occupation ennemie. Malgré le deuil et les dommages qu'il a subis, a toujours conservé intacte sa foi en la victoire de nos armes.

Le 26 août 1914, le front du 4e corps s’étend de Doulcon à Wiseppe. En soirée, le génie détruit les ponts sur la Meuse. Les Allemands jettent des ponts de bateaux et tentent de traverser, cavalerie en tête. Le 4e R.I. organisé défensivement sur la rive gauche, empêche l’ennemi de déboucher. Le feu des mitrailleuses et des canons de 75 taillent en pièce les assaillants.

Le 29 août, les Allemands se renforcent, passent la Meuse et contraignent les 4e et 5e corps à se replier sur les deux Cléry.

Le 30 août, les tirs de l’artillerie française d’Aincreville et de Bantheville sur les positions allemandes, provoquent beaucoup de dégâts dans Doulcon. Le 4e R.I. se bat toute la journée au corps à corps dans les rues du village. Le 115e  R.I. envoyé en renfort, est pris sur son flanc par les feux ennemis des fermes Jupille et Brière et de la lisière sud du bois de Doulcon. En fin de journée, une contre-attaque française permet de réoccuper le village. Les positions sont tenues toute la nuit.

Doulcon occupé par les Allemands
doulcon.jpg

Le 31 août, deux compagnies du 82e R.I. renforcent la défense de Doulcon et soutiennent les 4e  et 115e R.I. Les fermes Jupille et Brière étant occupées par l’ennemi et menaçant le flanc du 115e R.I, deux compagnies de ce régiment sont envoyées pour les enlever. Dans la soirée, l’ordre de retraite générale est prescrit à toutes les composantes de la IIIe armée. Doulcon est abandonné.

La traversée de Doulcon par le 123e régiment de Grenadiers allemand

"Le froid nous pousse à 4 heures du matin, le 30/08, hors de notre tente inconfortable, je me rends vers le bord du bois d'où l'on aperçoit l'église de Dun. Nous réveillons nos esprits transis grâce à un café chaud. Léger brouillard sur la vallée de la Meuse, artillerie ennemie silencieuse. Tout à coup, je reçois le message : le pont de pierres que les Français ont fait sauter près de Dun est rendu accessible à notre infanterie par des échelles, grâce à nos fantassins. Aussitôt, j'ordonne au régiment de Grenadiers GR123 qui est à ma disposition, l'IR124 étant aujourd'hui en réserve, de traverser la Meuse car nous devons tirer profit du brouillard.

Dans le petit village règne un silence de mort, pas d'habitant visible. Et pourtant une majorité de la population est présente, assis les uns contre les autres dans les caves pour se protéger de leur propre artillerie. Nous franchissons le pont, le régiment occupe Doulcon situé au sud-ouest de Dun et s'en sert comme tête de pont pour la reconstruction du pont de Dun. Nous sommes sur la rive gauche de la Meuse parmi les troupes allemandes. L'artillerie ennemie nous attaque près de la ferme de Brière mais même cette épreuve est surmontée par le régiment de grenadiers."

Pont de Doulcon
pont_doulcon.jpg

Dans l’église de Doulcon, un vitrail commémore le martyre des 5 membres de la famille MERMIER, brûlés vifs dans la cave de leur maison.

13-doulcon.jpg

Capture de Doulcon par la 5e division US

Le 1er novembre à 5 h 30, les compagnies C et M du 60e d'infanterie, assistés du 14e bataillon de mitrailleuses traversent l'Andon et capture rapidement Cléry-le-Grand. Une tentative pour enlever la cote 261 en fin d'après-midi se solde par un échec. À la nuit, la ligne se trouve à 200 mètres au nord de Cléry-le-Grand.

Le lendemain, à 9 h 30 la compagnie I du 61e d'infanterie avance vers le bois de Babièmont. Dès qu'elle atteint la vallée au sud-ouest du bois, elle est stoppée par le feu d'une mitrailleuse. Tard dans l'après-midi, les compagnies I et E, supportées par l'artillerie essaient en vain d'avancer. La ligne tenue au voisinage d'Aincreville est sensiblement la même que celle de la nuit précédente.

Le 2 novembre, à 5 h 30, les compagnies A et H du 60e d'infanterie supportées par une unité de mitrailleuses avance vers Cléry-le-Petit qu'elles enlèvent en repoussant l'ennemi vers Doulcon. Une ligne défensive est établie entre la Meuse et la cote 261. Les compagnies I et L du 61e d'infanterie enlèvent le bois de Babiemont et le nettoient. Une ligne défensive est organisée.

Le 3e corps informe la division que le corps d'armée lancera une attaque le 3 novembre pour prendre les hauteurs à l'ouest de la Meuse suivant la ligne générale Dun-Sassey-Halles et pour pousser de fortes patrouilles à l'est de la rivière et en direction de Stenay et Mouzay.

La 5e division reçoit pour mission de nettoyer la dépression circulaire de Doulcon appelée par les Américains Punch Bowl et de patrouiller à l'est de la rivière pour entrer en contact avec l'ennemi et développer ses positions. La division est aussi missionnée de tenir sa ligne le long de la rivière depuis sa frontière sud jusqu'au point opposé à Dun-sur-Meuse. Elle reçoit, en outre, la mission de préserver les ponts ou restes de ponts de dommages supplémentaires.

La mission de nettoyage du Punch Bowl est dévolue à la 9e brigade d'infanterie qui doit dans le même temps patrouiller à l'est de la Meuse. La 10e brigade quant à elle est chargée d'envoyer de fortes patrouilles de l'autre côté de la rivière et de pousser vers Stenay et Mouzay.

Dans la zone d'action de la 9e brigade, le 60e d'infanterie opère des changements dans ses positions. Le 61e d'infanterie vient d'être désigné pour capturer la cuvette de Doulcon et envoie son 1er bataillon pour cette tâche. Le bataillon avance depuis sa position d'Aincreville et passe la cote 216 où il rencontre un puissant feu d'artillerie ennemie. Avant midi, les troupes occupent la ferme de Jupille et la ferme de Brière, mais Doulcon n'est pas pris avant la nuit.

L'attaque de la Ire armée est un succès. À midi, le 3 novembre, elle a pénétré les défenses hostiles et les positions d'artillerie de l'ennemi. Les Allemands sont en pleine retraite et les ordres sont de pousser l'action jusqu'à la rive droite de la Meuse.

Le 3 novembre Doulcon est enlevé.

*******************************

Soldats au cimetière communal
Convoi Nom Prénoms Statut Unité Commune Tombe Latitude Longitude Commentaire
12/11/1921 BRIET Georges Etienne Sapeur 3e RG Doulcon Oui En double avec Mont
GUINARD Camille Militaire 162e RI Doulcon Oui
LEPLOMB Léon Capitaine 365e RI Doulcon Oui
MERMIER Abel Sergent 44e RIT Doulcon Oui
VAUDOIS Léon François Soldat 162e RI Doulcon Oui

Maison de l'Histoire à Doulcon : ouverte les samedi et dimanche du 11 avril au 1er novembre.

Source :

  • Crédit photos, Jean Marie et Alain Cesarini
  • History of the 5e Division
  • ABMC1938
  • SF Dun
Mots-clés associés

Date de création : 20/02/2018 16:11
Catégorie : - Nos villages dans la tourmente
Page lue 11430 fois

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !