Vous êtes ici :   Accueil » Blog » Commémorations
maison histoire.png

Texte à méditer :   A nous le souvenir, à eux l'Immortalité.   Souvenir Français du canton de Dun-sur-Meuse
    Imprimer la page...

Blog - Commémorations

 20 membres
Connectés : ( personne )

Commémoration des morts pour la France en Algérie  -  par acesar55

Commémoration des morts pour la France en Algérie et bénédiction du nouveau drapeau de l'UNC du Val Dunois.
 

La cérémonie s'est déroulée à Brieulles-sur-Meuse

Déroulé de la cérémonie

Arrivée à l’église, pour le baptême du nouveau drapeau des anciens combattants du val dunois, béni par monsieur le curé, suivi de la messe.


 

Bénédiction du nouveau drapeau de l'UNC
DSC_0011 - Copie.JPG
DSC_0013 - Copie (2).JPG
DSC_0018 - Copie.JPG
DSC_0024 - Copie (2).JPG
DSC_0029 - Copie.JPG
DSC_0036 - Copie.JPG
DSC_0037 - Copie.JPG



Après la messe, départ vers le monument aux morts de la commune de Brieulles-sur-Meuse.


Mise en place des autorités, des porte-drapeaux et de la population, cérémonie réglée par monsieur MARIE président du Souvenir Français.

Le président des anciens combattants Jean CANEVET, prend place face au porte-drapeau, à la marraine, Madame Monique PINTUS et au parrain monsieur MARIE Jean, et remet le drapeau au porteur, Pierre PONCELET.

Le président déclare « Nous vous confions, le drapeau de la section des anciens combattants du Val Dunois, il est le symbole de la patrie, vous le porterez dans l’honneur et la dignité »


Remise de diplômes salle de la Mairie.

 

  • Pierre PONCELET, titulaire depuis le 11.11.2017, en reconnaissance de ses 5 années, a la fonction de porte-drapeau, insigne plus de 5 ans.
  • Cédric ANDREUX, titulaire depuis février 2017, en reconnaissance de ses 5 années de fidélités, a  la fonction de porte-drapeau, insigne plus de 5 ans.
  • Bernard ARNOULT titulaire pendant 13 années de service, a passé le flambeau à son neveu Eric l’année dernière, insigne plus de dix ans.
  • René GAROT suppléant depuis février 92, titulaire en 96 avait reçu l’insigne plus de 20 ans, mais pas son diplôme en reconnaissance de ses 26 années de fidélité,  et fonction de porte-drapeaux.

     
    Cérémonie au monument aux morts
    DSC_0041.JPG
    DSC_0047 - Copie.JPG
    DSC_0048 - Copie.JPG
    DSC_0050.JPG
    DSC_0052 - Copie.JPG
    DSC_0053 - Copie.JPG
    DSC_0057 - Copie.JPG
    DSC_0060.JPG
    DSC_0065.JPG


Discours du président :

Messieurs Le Maire,
Messieurs les Maires,
Monsieur le Major commandant les communautés de gendarmerie,
Madame le lieutenant commandant la brigade de sapeur-pompiers de Dun,
Messieurs les présidents et représentants d'associations du monde combattant,
Mesdames, messieurs les porte-drapeaux,

 

Mesdames, messieurs,
 

À l'automne 1955, il y a 67 ans, ce que l'histoire n'a pas encore retenu sous le nom de guerre d’Algérie, a débuté depuis près d'une année.

Au même moment, la Tunisie et le Maroc se dirige vers leur indépendance  qu’ils obtiennent au printemps 1956 – après avoir été le théâtre de combats qui comptent aussi leurs << morts pour la France >>.
 

En Algérie, au Maroc et en Tunisie, près de 2 millions d'hommes ont servi et combattu : militaires de carrière, appelés et rappelés, membres des formations supplétives et assimilées ou membres des forces de l’ordre, ont servi la République en Afrique du nord entre 1954 et 1962 avec courage, détermination, loyauté et sens du devoir.

Ce furent 8 années meurtrières, durant lesquelles 25000  combattants français et assimilées tombèrent pour la France souvent très loin de leurs attaches et de leurs familles souvent à l'age où l'on construit sa vie. Toute une génération a affronté avec violence la guerre et ses multiples visages. Nombreux sont ceux qui en souffrent encore dans leur chair, dans leur corps et dans leur esprit

Je ne veux pas oublier  aussi les souffrances des civils, ni les familles qui ont abandonné un pays qu'elles aimaient tant. Autant de drames familiaux, personnels et même intimes. Et je pense notamment aux rapatriés d’Algérie, à leurs proches, à leurs descendants.

 

Ils sont un million de Français d’Algérie d'origine européenne, ce peuple fait d'artisans, de commerçants, d'agriculteurs, de militaires, de fonctionnaires et d'entrepreneurs, souvent de condition modeste. Ils partageaient une vie, un pays, une terre, avec les populations arabes ou berbères d’Algérie. Après le 19 Mars 1962, ils ont été arrachés à leurs racines, à leur terre souvent natale. Nous pensons aussi aux européens massacrés dans les rues et les immeubles d'Oran le 5 juillet 1962.
 

Nombre de rapatriés, qui choisissent la valise plutôt que le cercueil, ont été accueillis en métropole dans des conditions très précaires, rejetés ou stigmatisés, connaissant parfois le désarroi de la misère sociale. Cela non plus, nous devons ni l'oublier ni le taire. Ces vérités doivent être énoncées, simplement, clairement.
Ensemble, nous contribuons également à transmettre, à expliquer un passé douloureux.

 

Par notre rassemblement, nous témoignons notre admiration pour les soldats d'hier et pour les soldats d'aujourd'hui.
 

Vive la République !

Vive la France !

Lire la suite

Publié le 08/12/2022 16:49   | |    |


Commentaires

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !