En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Dannevoux
maison histoire.png

Texte à méditer :   A nous le souvenir, à eux l'Immortalité.   Souvenir Français du canton de Dun-sur-Meuse
    Imprimer la page...

Dannevoux

Dannevoux dans la Grande Guerre

croix-de-guerre.jpg

Citation du village à l'ordre de l'Armée le 20/09/1920 ; croix de guerre avec palme.

Bombardé et incendié en 1914, a eu plusieurs de ses habitants inoffensifs assassinés par les Allemands. Par son héroïque sacrifice et son deuil, a droit à la reconnaissance du pays.

Le 26 août 1914, le 6e corps passe la Meuse à Consenvoye. Vers 19 heures, le pont est détruit.

Le 27 août, le 6e corps a pour mission de défendre le débouché de la Meuse de Brieulles à Cumières et, notamment, le massif boisé : bois de la côte de Laimont, de Dannevoux et de Septsarges. L’artillerie lourde est placée sous le commandement du 4e régiment d’artillerie à pied. La 12e division se charge du secteur de Dannevoux avec la 23e brigade en 1re ligne et la 24e en soutien.

Le 29 août, l’artillerie allemande, placée aux environs de la chapelle Saint-Pantaléon, tire sur le bois de Moriaux et le bois du Juré.

Le 30 août, la 23e brigade d’infanterie occupe le village et le bois de Dannevoux. Les positions tenues par cette brigade sont soumises à un violent bombardement d’artillerie lourde.

Le 31 août, le bombardement continue avec la même intensité. Le village est en flamme et les rues sont pleines de décombres. En prévision d’une attaque allemande imminente, une 4e batterie est mise à la disposition du 67e RI renforcé par un bataillon du 106e RI. Toute la nuit, l'artillerie française tire sur des masses de troupes considérables signalées à l'est d'Haraumont ainsi que sur les batteries signalées à Sion-Fontaine.

Le 1er septembre, après une énorme préparation d’artillerie, l’attaque allemande se déclenche. À 5 heures, une fusillade assez nourrie se fait entendre du côté de Vilosnes. l'ennemi prend pied sur la rive gauche au bois des Moriaux en refoulant le 67e RI dans le bois de Dannevoux et arrive jusqu'à la ligne principale de résistance.

À 12 heures la 24e brigade d'infanterie reçoit l'ordre de contre-attaquer sur Dannevoux avec 3 bataillons du 132e RI et 2 bataillons du 351e RI. La contre-attaque réussit et arrive jusqu'au bois Juré et à Dannevoux, Mandeaux, le bois de Septsarges. Sous le feu de l'artillerie allemande et confrontée à un adversaire dont l'effectif grandit d'heure en heure elle ne peut dépasser la lisière est du bois de Septsarges. À droite, le 351e plie.

À la nuit, la 12e division reçoit l'ordre de se replier sur le front Cuisy-croupe 285 où elle bivouaque en laissant des avant-postes. Le mouvement s'exécute de nuit sans incident. Dannevoux est abandonné à l'ennemi.

Dannevoux occupé
dannevoux.jpg

Cimetière allemand de Dannevoux

dannevoux2.jpg

Tombe en plein champ à Dannevoux

dannevoux4.jpg
dannevoux3.jpg

Dannevoux libéré par la 80e division US

Se conformant aux instructions de la Ire Armée, le 3e corps US émet son ordre de campagne le 21 septembre. La mission du corps consiste à briser la ligne de résistance allemande qui va du ruisseau de Forges au bois de Forêt et d'exploiter tout succès en avançant  vers le nord du bois de Forêt et en organisant défensivement la rive gauche de la Meuse.
Les limites de la division sont les suivantes :

  • Limite droite, Jonction tranchées de Silésie et de Dantzig, Passerelle du Don, Gercourt et Drillancourt, tranchée du bois Juré, tranchée du bois Rond, laiterie de Belhaine.
  • limite gauche, Jonction tranchées du Crochet et Braux, tranchée montante, cote 262, cote 281, Brieulles.

La 80e division est missionnée pour pénétrer la seconde ligne de résistance ennemie qui s'étend de la partie sud du bois Juré à la cote 262. Cette ligne à l'exception du bois Juré sera nettoyée pas la division. Elle progressera ensuite sans tenir compte des autres divisions sur ses flancs pour poursuivre l'objectif du corps c'est-à-dire la ligne qui s'étend d'est en ouest au sud de Dannevoux.

La 80e division émet son ordre de campagne le 22 septembre en prescrivant une attaque en colonne de brigades avec la 160e d'infanterie en tête. En plus de sa propre artillerie de campagne, la division reçoit l'aide de plusieurs autres artilleries française et américaine.

Le 26 septembre l'attaque est déclenchée comme prévu.

Sur la droite, le 1er bataillon du 319e d'infanterie avance à partir de la tranchée de Kovel, traverse le ruisseau de Forges à Béthincourt et traverse le village. Le bataillon se reforme après son passage à Béthincourt et se dirige sur le flanc de sa zone d'action à l'est du village en continuant son action derrière le barrage d'artillerie. Il passe à l'est de la cote 281 et ne rencontre qu'une faible résistance jusqu'à la route Gercourt-Cuisy quand il est pris sous un feu intense en provenance du bois Juré et du bois Sachet. Un fort brouillard rend les liaisons et le nettoyage difficiles et les compagnies en support sont prises sous le feu de mitrailleuses non neutralisées par le bataillon d'assaut. Dès que le 1er bataillon approche du bois Sachet, les compagnies de tête dévient sur le flanc droit, traversent la route Gercourt-Cuisy et traversent le ruisseau de la Hoche quand elles sont prises sous les feux en provenance des bois Juré et Sachet.
Les deux compagnies en support sont aussitôt envoyées par la gauche pour nettoyer le bois Sachet. Elles accompagnent les compagnies d'assaut qui continuent leur attaque.

À 11 heures, le bataillon atteint la seconde position ennemie dans la partie sud du bois Juré. Les éléments de tête continuent leur avance assistés de deux pelotons du 2e bataillon et traversent le bois Juré.

À midi, un feu intense depuis les ravins du Corbillon et des Culées stoppe l'avance du bataillon.

Sur la gauche, le 320e d'infanterie s'élance des tranchées de Kovel et d'Alsace. Le bataillon d'assauts traverse le ruisseau de Forges sur un pont détruit au sud-ouest de Béthincourt et nettoie le village dans la foulée. Il suit de très près le barrage roulant d'artillerie et ne rencontre que peu de résistance. Quelques positions de mitrailleuses sont neutralisées au nord du ruisseau de Forges et dans la tranchée de Billemont.
Les éléments de tête passent la cote 281 vers 7 h 30. Dès qu'ils atteignent les pentes nord de la cote 259, juste au sud de la route Gercourt-Cuisy, ils sont soumis à un feu intense en provenance de la cote 262 et du bois d'en delà.

Dans l'après-midi, le 320e d'infanterie neutralise la résistance de la cote 262 et du bois d'en delà et pousse jusqu'à la partie est du bois de Septsarges.

Dans la nuit, le 319e d'infanterie se réorganise et, après une préparation d'artillerie, s'élance du bois Juré vers 9 heures avec son 3e bataillon sur la droite et son 2e bataillon sur la gauche. Le 1er bataillon est placé en support d'attaque.

Le 3e bataillon ne rencontre pratiquement pas de résistance, mais ses éléments perdre le contact dans l'obscurité. Il continue néanmoins d'avancer, dépasse Dannevoux par l'est et atteint la voie ferrée au nord du ruisseau Le Butel.
Les éléments de tête du bataillon atteignent cette position à minuit le 26 septembre. La liaison n'est maintenue ni avec la 33e division ni avec le 2e bataillon.

Le 2e bataillon du 319e d'infanterie s'élance du bois Juré. Il ne rencontre pas de résistance sérieuse jusqu'au moment où il atteint la cote 294 où un feu intense oblige les éléments de tête de virer à droite du bois de Dannevoux.
Après avoir traversé le bois de Moriaux, les deux compagnies de tête avancent jusqu'à la lisière nord du bois de Ville et, vers 23 heures occupent la crête qui surplombe la rivière  au sud de Vilosnes.

La situation reste très précaire et la ligne ne sera stabilisée que dans la matinée du 27 septembre. Dannevoux est entre les mains des Américains.

Cimetière allemand de Dannevoux
cim_dannevoux.jpg

*******************************

Soldats au cimetière communal
Convoi Nom Prénoms Statut Unité Commune Tombe Latitude Longitude Commentaire
18/05/1922 CHARLET Pierre Edmond Soldat 166e RI Dannevoux ?
21/01/1923 FOURNIER Etienne Charles Soldat 53e RI Dannevoux ?
30/01/1923 PETIT Pierre Caporal 150e RI Dannevoux ?
27/04/1922 PICART Augustin MDL 25e RA Dannevoux ?

Sources :

  • SHD, jmo 12DI, 23 et 24 BI
  • Crédits photos Jean Marie, Jean-louis Autret, Alain Cesarini
  • ABMC1938
  • History of the 80th Division

Date de création : 23/02/2018 20:34
Catégorie : - Nos villages dans la tourmente
Page lue 3118 fois

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !