En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Lion-devant-Dun
maison histoire.png

Texte à méditer :   A nous le souvenir, à eux l'Immortalité.   Souvenir Français du canton de Dun-sur-Meuse
    Imprimer la page...

Lion-devant-Dun

Lion-devant-Dun dans la Grande Guerre.

croix-de-guerre.jpg

Citation du village à l'ordre de l'Armée le 05/02/1921 ; croix de guerre avec palme.

Situé dans la zone de combat au début de la guerre, puis sur la ligne de feu en 1918, a fait preuve de la plus vaillante attitude sous les bombardements et pendant l'occupation ennemie, sans jamais désespérer de la victoire finale.

Après la débâcle de la bataille des frontière et du combat de Marville, le 4e corps d'armée retraite vers la Meuse. Une instruction de la IIIe Armée lui prescrit de tenir les Hauts-de-Meuse depuis Ecurey jusqu'à la Côte Saint-Germain et la position organisée de Jametz.
Les deux divisions se replient sur le Loison. La 7e division se porte sur Brandeville-Bréhéville et la 8e division est orientée sur Murvaux.

Parcours des unités allemandes
carte_avance_all.jpg

Avance allemande
avance_all.jpg

De Brandeville, le général de corps d'armée adresse un compte-rendu à la IIIe Armée annonçant que l'état d'extrême fatigue de la 7e division ne lui permet pas de défendre les Hauts-de-Meuse et qu'en conséquence tout le corps d'armée retraite sur la rive gauche de la Meuse.

Aucun combat ne se déroulera à Lion-devant-Dun pendant la retraite française. Le village verra passer la 52e brigade d'infanterie allemande du 13e corps d'armée de von Fabeck. Des pièces d'artillerie lourde allemande sont installées à la Côte Saint-Germain pendant la bataille de la Meuse.

Lion-devant-Dun en 1914
lion_devant_dun.jpg

La Côte Saint-Germain

Située à cheval sur le territoire des communes de Lion-devant-Dun, Milly-sur-Bradon et Murvaux, la Côte Saint-Germain, faite de calcaire, est la preuve du recul du front de côte par l'érosion au cours des temps géologiques.
Cette butte-témoin forme un immense arc de cercle, isolée, séparée de son frère qu'est le plateau calcaire, dernière avancée du massif des Côtes de la Meuse au côté septentrional, de  350m d'altitude du haut de la côte à la plaine qui s'étend à sa base.
Le sommet de la pointe Nord est un observatoire superbe d'où l'on découvre toute la forêt de la Woëvre, Stenay, Montmédy, Saint-Walfroy, et le cimetière de Marville.

Lion-devant-Dun libéré par la 5e division US

Le 6 novembre 1918, dans la matinée, le 61e d'infanterie lance une attaque avec son 1er bataillon en direction de la vallée à l'ouest de la Cote Saint-Germain. La compagnie A est lancée contre le village de Lion-devant-Dun pendant que le reste du bataillon attaque la colline.
La compagnie A attaque le village mais ne peut l'enlever avant le lendemain. Elle se replie sur les pentes de la cote Saint-Germain pour la nuit. Le reste du bataillon capture les pentes de la butte.

La compagnie B qui a perdu le contact avec les autres unités sur le sommet de la butte rencontre un bataillon ennemi avec lequel elle se trouve engagée dans un vif combat.

Le 1er bataillon du 61e d'infanterie organise une ligne défensive pour la nuit le long de l'étroite partie de la crête. Le second bataillon prend position sur la pente nord-ouest de la Cote Saint-Germain. Le 3e bataillon reste en position dans le bois de Dun et sur la cote 292.

Le 1er bataillon du 60e d'infanterie passe la Meuse, dépasse la position tenue par le 3e bataillon et continue l'attaque vers le nord-est. La compagnie D capture Murvaux vers 8 h 45 puis abandonne ensuite le village.
Le bataillon atteint le versant sud de la Côte Saint-Germain, au nord de Murvaux où il entre en contact avec les éléments du 1er bataillon du 61e d'infanterie qui sont en position sur cette hauteur.

Le 7 novembre, le 60e d"infanterie lance son 1er bataillon dans la vallée au nord-est de Murvaux mais il est incapable d'entrer dans le bois Habessaux. Il organise une position sur la pente de la Cote Saint-Germain à 1500 mètres au nord-est de Murvaux.
Des éléments du 1er bataillon du 61e d'infanterie traversent Lion dans la matinée. Dans l'après-midi, le 61e d'infanterie lance son 2e bataillon avec l'aide de deux compagnies du 60e d'infanterie à la conquête complète de la cote 350.

Borne de la Cote-Saint-Germain
borne_lion.jpg

Soldats au cimetière communal
Convoi Nom Prénoms Statut Unité Commune Tombe Latitude Longitude Commentaire
JOLY Alfred Canonnier 225e RA Lion-devant-Dun Oui Mort de maladie
LESCOT André Marcel Chasseur 24e BCP Lion-devant-Dun Oui Tué à Vauxaillon
LESCOT Gabriel chasseur 49e BCP Lion-devant-Dun Oui Mort de maladie

Sources :

  • SHD, jmo des 4e corps, 7e et 8e divisions
  • Crédit photos, Jean Marie, Jean-Louis Autret et Alain Cesarini
  • ABMC1938
  • History of the 5th Division
  • Au pays de mes ancêtres

Date de création : 20/02/2018 16:20
Catégorie : - Nos villages dans la tourmente
Page lue 9464 fois

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !