En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Cher Ami
maison histoire.png

Texte à méditer :   A nous le souvenir, à eux l'Immortalité.   Souvenir Français du canton de Dun-sur-Meuse
    Imprimer la page...

Cher Ami

Cher Ami : le pigeon qui sauva le Lost Bataillon.

Beaucoup d'entre nous ont entendu parler du Lost Bataillon et connaissent grossièrement son histoire. Ce qui est moins communément connu est le rôle du remarquable pigeon appelé Cher Ami. Ce petit oiseau est devenu l'un des plus grands héros de la Grande Guerre.
Cher Ami était l'un des 600 pigeons voyageurs utilisés par l'US Army Signal Corps pendant la Première Guerre mondiale. Les pigeons voyageurs étaient d'une valeur inestimable malgré les avances technologiques qui sont apparues pendant la guerre. Les radios n'étaient pas très fiables, étaient très larges et simplement reliées à un petit fil électrique.

Il n'était pas toujours possible de tirer rapidement de nouveaux fils et cette opération était souvent très dangereuse. Bien que peu populaire comme forme de communication le pigeon a prouvé sa fiabilité.

En moyenne le pigeon voyageur peut voler jusqu'à 80 kilomètres à l'heure ce qui en fait une méthode rapide de communication. Les pigeons étaient devenus des cibles privilégiées pour les tireurs ennemis en dépit de leur vitesse. En fait, les servants des meurtrières mitrailleuses MG08 à 500 coups par minute s'entraînaient et tuaient les oiseaux.

Les pigeons étaient aussi un moyen de communication risqué, car quand un pigeon était descendu, le message pouvait être facilement intercepté par l'ennemi.

L'action relatée ci-après se passe pendant l'offensive Meuse-Argonne en 1918 ; les pigeons étaient finalement reconnus pour leur vaillant effort.

Le 2 octobre 1918, des soldats américains de la 77e division progressent un peu trop loin dans la forêt d'Argonne et se retrouvent piégés derrière les lignes allemandes sur les pentes d'une colline. Coupés de leurs renforts et des leurs provisions, environ 550 hommes des 306e, 307e et 308e régiments d'infanterie sous les ordres du commandant Charles Whittlesey, vont tenir leur front contre des forces allemandes beaucoup plus nombreuses qu'eux, pendant plusieurs jours.

Bien au-delà des la portée des radios, le seul moyen pour les Américains de communiquer avec leurs propres lignes est le pigeon voyageur. Piégés dans un horrible hachoir de mitrailleuses et de pluie, le Lost Bataillon tient sa position contre les vicieuses attaques allemandes.

Le 4 octobre, l’artillerie américaine déclenche un bombardement sur la position du Lost Bataillon tuant accidentellement 30 hommes qui tenaient la ligne. Le commandant Whittlesey et ses hommes regardent les pigeons tomber l'un après l'autre sous le rideau de feu des mitrailleuses allemandes.

Alors que les vivres et les munitions s'épuisent et que les pertes augmentent rapidement, le commandant Whittlesey envoie désespérément son dernier pigeon Cher Ami vers les lignes américaines avec un message qui dit simplement :" Nous sommes le long de la route parallèle à 276.4. Notre propre artillerie est en train de faire tomber le barrage directement sur nous. Pour l'amour du Ciel, stoppez-le !"
Avec la pluie de feu tombant de tous côtés Cher Ami reste maintenant la seule chance pour le Lost bataillon d'en sortir vivant.

Le brave oiseau vole directement sur le rideau de feu allemand, évitant les balles. Malheureusement, sa chance ne dure pas longtemps. Cher Ami est touché à la poitrine peu après son décollage alors que les Américains voient avec horreur leur dernier espoir toucher le sol.
Contre toute attente, Cher Ami se relève. Blessé, mais vivant il reprend son vol fonçant  vague après vague dans le feu des mitrailleuses. À la fin de son voyage, il a couvert 40 kilomètres en environ une demi-heure. Il arrive à la base salement blessé, mais vivant.

Cher Ami et son dresseur
cher_ami.jpg cher_ami_capt.jpg

Les vétérinaires réussissent à le sauver, mais sa patte droite doit être liée à son corps et un de ses yeux reste aveugle.
Le message est transmis à l'artillerie qui stoppe ses tirs et modifie ses réglages. Le jour suivant, les tirs atteignent les lignes allemandes qui relâchent la pression sur la très éprouvée 77e division et la bataille tourne à l'avantage des Américains.
Le 8 octobre, 194 hommes reviennent dans les lignes américaines grâce au sacrifice de Cher Ami.

Pour sa participation dans le sauvetage de la 77e division, Cher Ami est décoré de la croix de guerre, un des plus grands honneurs militaires en France, pour sa bravoure sur le champ de bataille. Le général Pershing, commandant des Forces Expéditionnaires Américaines, fera cette citation :"Il n'y a rien de suffisamment grand que l'Amérique puisse faire pour cet oiseau.

Cher Ami retourne aux USA aux petits soins de son dresseur, le capitaine John Carney. Le 13 juin 1919, Cher Ami meurt à Fort Monmouth. Son corps est cependant empaillé et présenté avec les honneurs au gouvernement américain.

Il est difficile de dire combien de familles doivent leur existence au valeureux courage et au sacrifice d'un oiseau. Aujourd'hui, Cher Ami est visible au Musée d'histoire américain de Smithsonian pour préserver sa mémoire.
Depuis lors, son histoire vit encore dans le cœur et l'esprit des Américains à travers les décennies et sa bravoure ne sera jamais oubliée.

Sources :

  • Adam Bieniek à la Word War One Centennial Commission
  • Souvenir Français de Dun

Date de création : 13/03/2018 18:21
Catégorie : - Personnages célèbres
Page lue 966 fois

Réactions à cet article

Réaction n°1 

par BIGORGNE_Guy le 14/03/2018 09:38

"Cher ami" vient s'ajouter aux héros de la Grande Guerre, nommés '"Vaillant" au fort de Vaux, cités dans un récit "Ferdinand" le rat de Pierre Chaine, ou anonymes (les ânes et mulets, chiens,...).

Ils méritent notre devise "A nous le souvenir, à eux l'immortalité".

Guy du Souvenir Français du Centre Argonne